-

Kazarman – Djalalabad – Bichkek

Posted by admin on Aug 14, 2009 in Bichkek, Kirghizistan

Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-content/plugins/nextgen-gallery/lib/tags.php on line 318 and defined in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-includes/wp-db.php on line 1229

Grâce à la coordinatrice CBT de Kazarman, un taxi collectif part pour Djalalabad. La route passe par un col qui es fermé l’hiver car la route est en terre et le sommet du col est assez élevé. Les habitants de Kazarman sont donc obligés en hiver de passer pr Naryn pour recevoir des marchandises ou pour aller à Bichkek.

La route est souvent à voie unique. Depuis le haut la vue est superbe que cela soit en direction de l’est ou de l’ouest. La descente est assez impressionnante. Le fond de la vallée permet de rejoindre la vallée du Ferghana, tout en restant d’abord du côté kirghize. Les routes sont à nouveau en asphalte, mais cela n’empêche pas notre chauffeur de crever un pneu. C’est la troisième fois ici au Kirghizstan, les chauffeurs sont habitués à cette situation. Après la crevaison, ils passent dans un atelier qui porte le joli nom de “vulcanisation” (en russe c’est le même nom…) qui permet de reboucher les trous des pneus.
Djalalabad est une petite ville avec un centre soviétique, théâtre, jardins, … L’hôtel principal date de cette période et pas grnd chose n’a changé. Le personnel est russe avec le système des “dejourni” qui s’occupent d’un étage (clés, rangement, etc..). Un nouvel hôtel vient d’ouvrir juste en face, mais il n’était pas mentionné dans le guide.
Lorsque j’arrive à la gare routière d’où partent les taxis collectifs pour Bichkek, je dois attendre près de 3 heures. Les taxis partent lorsqu’ils sont pleins (4 personnes), ou alors il faut payer les places vides. Je suis probablement arrivé trop tard. Mais heureusement vers 11h d’autres personnes doivent aller à Bichkek, et nous partons pour 9 à 10 heures de route…C’est la meilleure et la seule route rénovées récemment au Kirghizstan. Elle relie les deux plus grandes villes du pays et évite la séparation entre le nord du pays et le sud.
dsc_0236 dsc_0242

La route est magnifique et serpente entre les réservoir d’eau et barrages électriques du Tortogul avant de monter pour passer deux cols à plus de 3000 m d’altitude.

Les pentes des cols (sauf le dernier qui comprend un tunnel) sont toujours très douces et les virages assez rare et de grands diamètres. Les plaines sont immenses et les montagnes au loin

 
-

Bichkek

Posted by admin on Aug 3, 2009 in Bichkek, Kirghizistan

Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-content/plugins/nextgen-gallery/lib/tags.php on line 318 and defined in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-includes/wp-db.php on line 1229

De retour à Bichkek pour voir le musée historique et …accéder à internet pour vous tenir au courant, car, en dehors de la capitale, la toile est encore peu accessible. De plus je devais aussi chercher de l’argent dans un bancomat ou une banque et cela semble plus facile au Kirghizistan qu’en Ouzbékistan.

Bichkek est aussi une ville agréable et elle était la ville la plus verte de l’URSS . Est-elle plus verte que Lausanne ?

bich_parc_0485 bichk_mushist_0547 bichkek-theatre_0474

Je suis allé voir les ruines de Balasaghun, la capitale des Karakhanides, le premier royaume turc musulman.

burana-vue burana-minaret

Le  minaret, mais la mosquee n’a pas encore ete retrouvee

burana-nestorien

Les nestoriens ont egalement passe ici.

Je repars pour les montagnes, Naryn, pour voir la caravansérail (?) de Tash-Rabat

Copyright © 2017 Asie centrale All rights reserved. Theme by Laptop Geek.