-

Turkestan, et les villes disparues du Moyen-Age

Posted by admin on Sep 16, 2009 in Kazakhstan, Turkestan

Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-content/plugins/nextgen-gallery/lib/tags.php on line 318 and defined in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-includes/wp-db.php on line 1229

Cette ville est célèbre en tant que lieu de culte dédié à Yassavi, un soufi qui a terminé sa vie ici et célèbre à cause du mausolée érigé à l’époque timouride (sous l’ordre de Tamerlan). C’est aussi le second site classé dans le patrimoine de l’UNESCO (l’autre étant les pétroglyphes de Tamgaly).Dans la région se trouvent beaucoup de sites archéologiques car c’était une artère de la Route de la Soie, soit le long du Syr-Darya en direction du nord de la Caspienne (Astrakhan) ou en direction du lac Issyk-kul ou de Tachkent et Samarkande, puis l’Iran. Les montagnes du Karatau amènent de l’eau dans cette vallée et les sites sont nombreux.
Entre Aralsk et Turkestan se trouve Baïkonour, d’une part la ville sur le trajet du train, et le cosmodrome qui se situe au Nord. Mais nous avons passé durant la nuit et je n’ai rien vu. Le cosmodrome est, de plus, situé loin, à plus de 350 km. C’est de là que les Soviétiques ont envoyé le premier homme en orbite autour de la terre, Yuri Gagarine.
C’est un lieu saint très prisé, d’autant plus qu c’est Tamerlan qui a construit le mausolée, même s’il n’a pas été totalement terminé. Le chauffeur de taxi qui m’amène au site archéologique de Sauran (une ville en cours de fouille qui date du Moyen-Age) qui se trouve à 50 km au nord a été un peu vexé lorsque nous avons parlé d’histoire, car lorsque j’ai expliqué que Tamerlan n’était pas ouzbek, il ne m’a pas cru. Il a argumenté que Babour, le conquérant de l’Inde était aussi ouzbek, alors que la dynastie qu’il a créé s’appelle moghol ! En effet le gouvernement ouzbek a choisi Tamerlan comme héros national.
Le site de Sauran, qui se trouve à côté de la ligne de chemin de fer, avec sa muraille encore en assez bon état, est plutôt impressionnant. A l’intérieur de l’enceinte des archéologues travaillent sous le soleil. Depuis quelques années, les fouilles s’y déroulent un ou deux mois par an. Une mosquée a été découverte, les fortifications avec le pont ont été mis au jour et en partie ont été restaurés.

Toute la vallée du Syr-Darya a de tout temps été occupée grâce à l’eau qui coule des montagnes des chaînes du Karatau, à l’est. Mais les rivières changent fréquemment de cours et les villes sont obligées de s’adapter.
La porte principale de Sauran avec le pont qui vient d’être fouillé
Vue de l’intérieure de la ville de Sauran.
En fin d’après midi, je suis encore allé voir le site de la ville d’Otrar, une des villes les plus connues de la Route de la Soie et celle qui a été la cause de la haine de Genghis Khan. En effet, des diplomates mongoles se trouvaient dans cette riche ville commerciale et  ils ont été tués par le khan. Lorsque Genghis Khan apprit cette nouvelle il vint avec une armée de 600 000 hommes et après plusieurs mois de siège rasa la ville. “oeil pour oeil, dent pour dent”, selon la formule qui est d’actualité. Par la suite, la plupart des grandes villes d’Asie centrale, Samarcande. Boukhara, Merv, du Khorezm, voire d’Iran ont été complètement détruites  par Genghis Khan après des sièges horribles. L’Asie centrale ne s’en remettra jamais vraiment.
Le mausolée d’Aristan Bob
Quelques kilomètres plus loin se trouve la mosquée funéraire d’Aristan Bab, un mystique musulman très réputé et qui aurait, selon la légende, reçu de Mohammed la tâche de trouver un successeur. Aristan Bab est mort au début du XIIIe après avoir enseigné à Ahmed Yassavi les significations essentielles du Coran. Pour son honeur on édifia sur sa tombe un mausolée qui fut détruit à de nombreuses reprises. Le bâtiment actuel a été terminé en 1910.
Le mausolée timouride à Turkestan
Le lendemain, je retourne visiter le monument principal de Turkestan, que j’avais déjà vu il y a 2 ans.
Le mausolée timouride (pas terminé complètement lors de la mort de Tamerlan en 1405) d’Akhmed Yassavi, un prophète, poète et mystique de l’Islam. Il est mort en 1166. Mais à l’âge de 63 ans, comme Mohammed, et passa la fin de sa vie dans une chambre, retiré.

Copyright © 2017 Asie centrale All rights reserved. Theme by Laptop Geek.