-

Problèmes au Kirghizstan

Posted by admin on Jun 15, 2010 in Andijan, Kirghizistan, News, Osh, Ouzbékistan

Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-content/plugins/nextgen-gallery/lib/tags.php on line 318 and defined in /home/dallgoew/routesdelasoie.org/wp/wp-includes/wp-db.php on line 1229

Quelques temps après mon retour à Tachkent, des événements horribles autour d’Osh au Kirghizstan ont commencé, juste au moment où l’attention du monde était centrée sur le Mundial en Afrique du Sud

D’abord, des bruits et  des rumeurs ont couru.. et les Kirghizes de nationalité et de citoyenneté se sont attaqués aux mahallas (quartiers) des kirghizes de nationalité ouzbèke. Les chercheurs utilisent souvent le suffixe -nais pour définir la citoyenneté, par exemple, les Kirghizstanais peuvent avoir la nationalité kirghize, ouzbèke, russe, kazakhe ou tadjike. La région d’Och est assez particulière. Elle se trouve au fond de la vallée du Ferghana, à l’entrée de la route qui mène en Chine, ou en Afghanistan à travers le Tadjikistan. C’est donc un lieu stratégique pour le trafic de la drogue.De plus le marché d’Och est le plus grand bazar de la région car les camions chinois l’approvisionnent en marchandises diverses. La vallée du Ferghana est une région très riche pour l’agriculture et ces sont les Ouzbeks, qui ont une tradition d’agriculteurs, qui exploitent ces terres, très souvent des deux côtés de la frontière, car les Kirghizes étant de tradition nomades, s’occupent des moutons et des chevaux. Si les mélanges étaient fréquents durant la période soviétique, depuis l’indépendance du Kirghizstan, le rapport entre le nombre d’Ouzbeks et de Kirghizes a changé.

Le président Bakiev, qui était arrivé au pouvoir il y a 5 ans, par une révolution, est justement originaire de la région d’Och,  la deuxième ville du Kirghizstan. Ce coup d’état avait montré le clivage existant entre le nord et le sud du pays. Lorsqu’il était au pouvoir, il a placé les gens de son clan dans les postes-clés du gouvernement et a ainsi accédé aux rares richesses de l’Etat. De plus, il a pratiqué une politique nationaliste en faveur des Kirghizes et ainsi rejeté les Ouzbeks au deuxième rang. Les postes de l’administration (fonctionnaires, policiers, ..) sont principalement aux mains des Kirghizes, ce qui relègue les autres nationalité, dont les Ouzbeks aux professions non-gouvernementales, comme le commerce ou l’agriculture. La corruption est également forte dans cette petite république  et les policiers raquettent non seulement les automobilistes, mais également les possesseurs de restaurants, les petites entreprises, etc, qui sont souvent aux mains des Ouzbeks.

Lors du dernier coup d’état en avril, où la population principalement du nord s’est attaquée au gouvernement, le président Bakiev a dû s’exiler. Pendant quelques jours des affrontements “ethniques” entre russes et kirghizes s’étaient produits à Bichkek, mais le calme était revenu. Peut-être que déjà à ce moment, un essai de contre-révolution ou de déstabilisation du gouvernement provisoire avait été tenté sans succès.

Mais en cette première partie de juin, les choses ont été mieux “organisées” autour d’Och, de Jalalabad pour que le feu de la provocation se développe plus encore. Entretemps, le gouvernement provisoire  a commencé à préparer une nouvelle constitution, de type parlementaire (actuellement le régime est présidentiel) qui devait (doit) être soumise au référendum. On peut imaginer que ces événements servent à discréditer le gouvernement provisoire en prévision de ces votations. Durant des nuits et ces journées d’émeutes, près de 2000 maisons ou appartements ont été incendiés. Mais il y a aussi eu des élans de sympathie de Kirghizes qui ont protégés des voisins Ouzbeks.

Si l’aide internationale a eu un peu de retard, il semble que les camps de fortune installés au bords de la frontière sur territoire ouzbek, ont relativement bien fonctionné. Il y a eu environ 100’000 personnes qui ont traversé la frontière pour se réfugier. Le  gouvernement provisoire kirghize essaie, semble-t-il, de faire porter le chapeau aux Ouzbeks. Cela permettra de glorifier le nationalisme kirghize…mais les informations sont contradictoires,  rien n’est sûr. Par contre il semble que l’appui de l’armée ou au moins de la police kirghize dans les massacres soit assurée. Une commission internationale serait une excellente chose, mais c’est rare que  les gouvernements soient d’accord…

Fin juin, la nouvelle constitution a été acceptée à plus de 90% des votants et le taux de participation était plus élevé que ce que le gouvernement attendait. Certaines organisations étrangères ont fait part de la validité du scrutin et ont félicité le gouvernement. Est-ce surtout parce que le résultat était conformes aux souhaits des Occidentaux ? Est-ce que les Kirghizes savent comment fonctionne un parlement ?

Est-ce que cette blessure entre Kirghizes et Ouzbeks va se refermer rapidement ? Car des scènes horribles ont eu lieu, comme dans de trop nombreux massacres de l’histoire. Il faut également espérer que le nouveau gouvernement va s’efforcer de créer un climat favorable au rapprochement culturel.

Cet événement pose bien sûr la question de l’application de la démocratie dans les républiques d’Asie centrale. Lorsqu’on demande aux gens qu’est-ce qui est le plus important, souvent  la réponse, c’est “pas de guerre”. Et donc la situation au Kirghizstan donne, pour les habitants des autres républiques, un signal qu’un gouvernement “faible” n’est pas une solution…

Tags: , ,

Copyright © 2017 Asie centrale All rights reserved. Theme by Laptop Geek.